En portant attention à ce qui se passe dans notre tête, nous pouvons prendre conscience que certaines voix entretiennent des dialogues à l’intérieur de nous. On dirait des personnages de bandes dessinées, ange et démon, juchés sur nos épaules, s'affrontant fermement dans leur dualité. Une de ces voix nous encourage, l'autre fait le contraire. Qui a raison ? Qui a tort ?

 

En fait, ces voix proviennent des deux hémisphères de notre cerveau. Le cerveau droit, plus émotif, et le cerveau gauche, fervent de l'ordre et du contrôle. Nous sommes donc deux... Il suffit de nous écouter dans le silence pour le comprendre. Ces voix s'animent dès que se présente un conflit intérieur lié aux mémoires emmagasinées dans notre cerveau.

 

Les apparences sont trompeuses

Lors d’une formation en hypnose, la professeure avait affirmé que chaque conflit intérieur, chaque bataille qui prenait place à l’intérieur de nous, était invariablement gagné par le cerveau droit, soit l'émotionnel. Même si l'individu semblait avoir un contrôle « apparent » sur ses conflits, s’il ne les réglait pas, le corps allait toujours finir par somatiser ladite difficulté, l'expression du symptôme décrivant à la perfection la peur sous-jacente au conflit. Donc, en traitant les émotions conflictuelles, il devenait clair que le corps pouvait se rétablir même si, au départ, on ignorait tout du symptôme physique. C’est une chose que j’ai pu constater plus d’une fois dans ma pratique.

 

Quand la peur prend le contrôle

Le malaise est issu de la peur qu’elle soit consciente ou non, peur qui, elle, est directement reliée à notre instinct. La peur crée une forme d'agitation qui appelle le désir de contrôler. Elle nous fait toujours imaginer le pire, provoquant dans notre tête une forme de turbulence qui fait en sorte que l’on tourne et retourne la difficulté dans tous les sens afin de trouver une solution.

 

Ce phénomène provoque son lot de tensions et de réactions malsaines… Elle affecte notre système nerveux, le cœur bat plus vite, la respiration s’accélère et le sang circule sous pression. Et dans ces périodes de stress, le cerveau sécrète des hormones telles que l'adrénaline et le cortisol. C’est un peu comme si, en soi, on appuyait sur l'accélérateur et sur les freins en même temps. Pas facile pour la mécanique... En fait, c'est carrément épuisant, car le cerveau s'active de manière intense afin de trouver la bonne solution, une expérience forte en confusion qui n’est pas agréable à vivre et qui nous demande une quantité phénoménale d'énergie utilisée uniquement à tourner en rond.

 

Qui contrôle qui ?

Alors que j’ai longtemps cru que le fait d’avoir le contrôle était un signe de force, j’ai compris qu’en vérité, c'est un signe de peur. Soyons honnêtes, lorsque nous n'avons pas peur, il ne nous vient pas à l'idée de souhaiter un quelconque contrôle… Si la peur peut parfois être stimulante et nous amener à passer à l'action, si l'expérience répétée d'une situation nous permet de venir à bout de la peur, le prix à payer en temps, en force et en courage est élevé. Le plus simple n'est pas d’essayer de contrôler nos peurs, car le contrôle étant lié à l'hémisphère gauche du cerveau, on part perdant, car ce n’est pas lui qui va gagner la bataille.

 

Agir de la sorte, c’est comme jeter de l'huile sur le feu dans l’espoir de l’éteindre. Tenter de contrôler un conflit, c’est exigeant, cela provoque des dépressions et des épuisements professionnels. Quand l'énergie de la tête est déjà pleine d'agitation, il devient impossible de découvrir la solution au conflit qui nous assaille.

 

Aidez-moi s’il vous plaît !

La recette ? Lâcher prise! Comment? Premièrement en se posant la question : Qu’est-ce que j’ai tant peur de perdre au juste? Est-ce que je peux vivre avec le pire des scénarios ? Si ma réponse est un oui sincère, le calme appellera inévitablement l'intuition à la rescousse. L'intuition est une énergie de calme et d'ouverture à  la vie. L'intuition, c'est le message de l'âme qui se fait entendre lorsque le conflit intérieur a laissé tomber les armes du contrôle et de la raison.

 

Les réponses intuitives sont parfois surprenantes, toujours apaisantes à entendre et souvent faciles à mettre en application. Elles font souvent sourire, car elles amènent la conviction absolue que nous sommes en unité avec la Vie, que tout est déjà là, en nous! Il ne suffit que d'attendre et capter les réponses. Les émotions peuvent être agréables ou désagréables et même si elles font naître en nous des peurs, elles font aussi naître la certitude absolue que tout est parfait et que tout ira pour le mieux.

 

Syntoniser la bonne fréquence

Pour être en mesure d’entendre notre intuition, on doit prendre l'habitude de syntoniser cette fréquence de paix intérieure, un peu comme si un poste de radio diffusait constamment l’information dont nous avons besoin et que nous serions dorénavant en mesure de l’entendre puisque nos deux enfants ne se chicanent plus. Et pour ce faire, la méditation est la voie royale pour nous permettre de syntoniser cette fréquence.

 

Ne dit-on pas que les gens qui méditent sont plus zen, plus détendus, plus souriants, plus confiants ? Durant deux années entières, le plus grand cerveau de notre histoire, Albert Einstein, se posait des questions au sujet de la loi de la relativité. On dit qu’il aurait trouvé sa réponse en faisant une marche avec un ami. C’est pourquoi il a déjà dit : « Le mental intuitif est un don sacré et le mental rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don. » De quoi méditer…

 

VIVRE, C’EST…

Syntoniser la voix de notre intuition pour régler les conflits qui nous assaillent.

Alors que l’instinct utilise souvent les méthodes fortes pour résoudre nos conflits, l’intuition, elle, nous invite à une réflexion plus profonde, à poser des gestes plus sensés nous permettant d’accéder à des résultats plus durables.

 

Même si l'individu semblait avoir un contrôle « apparent » sur ses conflits, s’il ne les réglait pas, le corps allait toujours finir par somatiser ladite difficulté, l'expression du symptôme décrivant à la perfection la peur sous-jacente au conflit.

 

Les réponses intuitives sont parfois surprenantes, toujours agréables à entendre et faciles à mettre en application. Elles font souvent sourire, car elles amènent la conviction absolue que nous sommes en unité avec la Vie, que tout est déjà là, en nous !

INSTINCT OU INTUITION...
QUELLE VOIX CHOISIR ?

Article écrit pour le Magazine Vivre

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© Tous droits réservés, Michelle Roy, 2019.